Livraison gratuite avec tout achat de $50 et +
Aucun produit n'a été trouvé...
You are using an unsupported browser. Please use a more modern browser like Google Chrome.
en fr
Vide

Votre panier est vide

Total: $0.00

Detox digitale: Isabelle Racicot en vacances pour la relâche 2017

15/03/2017 Isabelle Racicot

Après plusieurs années d’échec, j’ai enfin réussi : pas de courriels ni de Facebook pendant ma semaine de vacances. Pas besoin de signaler à mes followers où je suis et avec qui, sur Instagram (ce seront des « #lategram » à mon retour), ni de lire l’actualité de mon fil Twitter pendant ma semaine de vacances. Je n’ai même pas été tentée de regarder les nouvelles en provenance de chez moi, ni essayé de savoir quel commentaire controversé Trump avait encore fait. Non, en quittant ma maison pour mes vacances familiales, je me suis aussi donné le droit de ne rien faire d’autre que de profiter de mon mari et de mes enfants, sans culpabilité et surtout sans attache au monde entier.

C’est un vœu pieux que je fais chaque fois que je m’apprête à partir pour la semaine de relâche. Je jure de ne pas travailler, de décrocher, de ne pas ouvrir mes courriels, mais je n’y arrive jamais. Je finis toujours, après deux ou trois jours, par succomber et par faire quelques vérifications, en me levant le matin, pour être certaine de ne rien manquer de « trop urgent ». Puis, après la rechute technologique, vient toujours le moment où j’essaie de me convaincre que ce n’était pas si grave, que je profite quand même de mes vacances et que mes enfants n’ont même pas eu vent de ma tricherie parce qu’ils dormaient encore.

Si je suis parfaitement franche, j’ai toujours l’impression que même en vacances, je dois répondre à ceux qui ont des questions urgentes, et ce, encore plus depuis que j’ai démarré mon entreprise.

La triste réalité c’est que je ne suis pas la seule à avoir ce sentiment, si je me fie à tous ceux que j’ai vu regarder leurs courriels tout en prenant un daiquiri aux fraises sous les palmiers du Royalton Sainte Lucie ! C’est une maladie mentale beaucoup trop répandue !

Mais voilà que cette semaine, sans aucun effort particulier, je n’ai même pas ouvert mon ordinateur, encore moins regardé mes courriels ni les réseaux sociaux. Ce sont les sept nuits où j’ai le mieux dormi de l’année ! Pensez-vous qu’il y a un lien ? J’ai profité de chaque seconde passée à Sainte Lucie, à visiter cette île magnifique, à me baigner, à jouer en famille, à rire et à contempler la nature.

OPPOSITION COLLECTIVE

C’est en ouvrant les 84 courriels à mon retour que j’ai réalisé à quel point nous sommes sursollicités au quotidien. Vivre à l’ère du WiFi, c’est donner aux gens une accessibilité à soi 24/7. Qui plus est, les gens s’attendent à des retours de courriel rapides (48 heures et moins) sans quoi, nous avons droit à des courriels de suivi « Bonjour, je n’ai toujours pas eu de tes nouvelles… ». Encore plus surprenants, des courriels qui commencent par : « Je sais que tu es en vacances, mais… » Ce qui sous-entend : « Je sais que tu es en vacances, mais j’imagine que tu vas regarder tes courriels, alors profitesen donc pour me répondre parce que MOI, je suis au bureau » NON, nous devrions collectivement nous opposer à cela. Quand on est en vacances, on est en vacances… POINT FINAL. La terre n’arrêtera pas de tourner, la Bourse mondiale ne va pas s’effondrer et nos collègues peuvent nous remplacer pendant notre absence. On doit aussi respecter ceux qui partent en vacances, aidons les en ne leur envoyant pas de courriels pendant leur absence.

Décrocher fait le plus grand bien. Je retourne au travail avec entrain, énergie et le sentiment d’avoir vraiment pris des vacances. Je reviens plus reposée et plus motivée.

À partir de maintenant, c’est non négociable pour moi : en vacances, je ne traînerai plus mon ordinateur !