Livraison gratuite avec tout achat de $75 et +
Aucun produit n’a été trouvé...
You are using an unsupported browser. Please use a more modern browser like Google Chrome.
en fr
Vide

Votre panier est vide

Total: $0.00

FACELIFT VAMPIRE : Je l’ai essayé !

04/04/2016 Isabelle Racicot

Jusqu’où sommes-nous prêts à aller, au nom de la beauté ? C’est un questionnement qui revient souvent chez moi. Probablement parce que je pratique un métier qui est très axé sur le « paraître », et qu’être une femme de plus de 40 ans, dont le visage est projeté en haute définition, sur écran 70 pouces, ce n’est pas toujours flatteur.

Je n’ai rien contre les personnes qui ont recours au Botox, à la chirurgie esthétique ou autres, mais, pour ma part, j’ai décidé de ne subir aucune chirurgie invasive et de « prévenir plutôt que de guérir ». J’essaie d’entretenir une image très romantique de mes rides et surtout celles à venir: belles, elles sont le reflet de ma vie, de mes joies et mes peines, de mes expériences et de ma sagesse.

C’est bien beau cette idée, mais je veux quand même retarder ce processus le plus longtemps possible. Mais, plus le temps avance, plus mon rituel de crèmes, au lever et au coucher, s’allonge. Si je veux glisser sous mes couvertures avant minuit, aussi bien commencer mes soins du visage vers 21 h 30 !!! Un démaquillant, un sérum, un contour des yeux, une crème de nuit, alouette !

C’est sûrement la raison pour laquelle je suis toujours curieuse de découvrir de nouveaux traitements qui améliorent la qualité de la peau, qui régénèrent les cellules et par conséquent diminuent le processus de vieillissement.

Imaginez mon excitation et mon incrédulité, quand mon amie m’a demandé : « As-tu essayé le facelift vampire ? » Le quoi ? « Le facelift vampire. On prend tes plaquettes de sang qu’on injecte dans ton visage ! »

À ce stade-ci, bien des gens répondraient, « Es-tu malade ? », mais, comme c’est le genre d’expérience qui m’intéresse, et puisque j’anime à la radio et que je travaille au contenu de Picoum.com, je me devais de l’essayer. J’ai d’ailleurs choisi de tourner une courte vidéo, pour vous permettre de mieux comprendre ce procédé. 

Tout commence par une prise de sang.

Si vous avez peur des aiguilles, oubliez cela. Ce traitement n’est pas pour vous, parce qu’il consiste d’abord à vous prélever une petite quantité de sang. 

Une fois passé dans une centrifugeuse, le plasma riche en plaquettes (PRP) est séparé des globules rouges. 

Votre plasma est ensuite réinjecté dans votre visage, grâce à ce petit outil que j’ai affectueusement appelé : fusil à plasma.

Votre plasma sanguin renferme des facteurs de croissance actifs, qui ont pour but de revitaliser, cicatriser et régénérer vos cellules dysfonctionnelles. Il en résulte donc une atténuation des rides, des ridules et des cicatrices, tout en améliorant le teint et la texture de la peau du visage, du cou, du décolleté ou des mains.

Est-ce que ça fait mal ? J’avais, par moment, l’impression d’avoir une machine à coudre qui me passait sur le visage. Tout dépend de votre tolérance à la douleur, mais j’ai trouvé le procédé un peu désagréable, sans plus. Comme aller chez le dentiste, quoi!

Pendant tout le processus, je me demandais pourquoi j’étais ici, mais, en même temps, j’espérais voir une réelle différence. J’aime l’idée d’utiliser mes propres plaquettes pour régénérer mes cellules. Le côté bio, naturel, autologue me plaît bien.

Est-ce que ça en vaut la peine ?

Il faut y aller trois fois (un mois d’intervalle entre chaque rendez-vous) et répéter l’expérience une fois par année. C’est un procédé qui est dispendieux (700 $ la fois). Alors, si vous voulez attendre mon verdict, dans quelques semaines, pour savoir si ça en vaut la peine, libre à vous. Le traitement convient autant aux hommes qu’aux femmes. 

Certaines personnes vont sûrement me trouver vaniteuse et superficielle, mais, au fond, si je tiens à ralentir le vieillissement de ma peau, c’est parce qu’il y a toujours un décalage entre l’âge que l’on a dans la tête et notre âge physique. J’espère que mon reflet extérieur sera le plus près de mon sentiment intérieur, et ce, pour encore de nombreuses années!