Livraison gratuite avec tout achat de $50 et +
Aucun produit n'a été trouvé...
You are using an unsupported browser. Please use a more modern browser like Google Chrome.
en fr
Vide

Votre panier est vide

Total: $0.00

La créatrice canadienne de soins de la peau Karine Joncas célèbre ses 15 ans en affaires

17/01/2017 Jennifer Braun

Je faisais la visite des nouveaux bureaux de Karine Joncas dans le quartier historique de la mode de Montréal, lorsque la créatrice des soins de la peau est entrée dans l'espace chic et moderne dix minutes après l’heure de notre rendez-vous.

Elle s'excusait gracieusement d'être en retard et expliquait comment elle préparait des vacances en famille avec ses deux filles super excitées. Ce sera ses premières vacances en deux ans.

Tout comme la ligne de soins de la peau éponyme qu'elle a lancée il y a 15 ans avec son mari, Joncas est une femme occupée qui est constamment en déplacement. Entre gérer une entreprise et s'occuper de sa famille, Joncas n'a pas hésité ce jour-là, à me dire qu'elle était stressée .

Elle avait seulement 26 ans quand elle a lancé sa ligne en 2001.

Elle avait un produit, des patchs cosmétiques, mais il n’y avait pas de marché. Jusqu'à ce que les pharmacies québécoises, Jean Coutu, prennent une chance sur elle.

"Si le Groupe Jean Coutu, l'un des plus gros distributeurs, n’avait pas cru en nous à ce moment-là, je pense que ça aurait été très difficile", explique Karine Joncas.

Quinze ans plus tard, cependant, son entreprise est en plein essor et elle dit être prête pour les prochaines étapes.

“Aujourd’hui je sens que je suis prête à me lancer dans des défis encore plus grands”

Je me suis assise avec Karine Joncas pour lui demander ce que 15 années d'affaires signifient pour elle, comment elle gère la vie professionnelle, son équilibre, et bien plus encore:

Vous allez célébrer les 15 ans de l’entreprise cette année, qu’est-ce que cela représente pour vous?

C’est sûr que pour moi les 15 ans représentent un chemin important parcouru. C’est sûr que ça n’a pas toujours été des années faciles, mais ce n’est jamais facile de démarrer une entreprise. Généralement, on dit que les cinq premières années sont les plus difficiles, pour moi c'était plutôt les sept premières parce qu'il y a eu deux phases dans mon entreprise. On a fait le lancement des patchs cosmétiques, et puis nous avons développé des soins et il y a eu la création, cinq ans plus tard des laboratoires, c'était comme si je recommençais à zéro. On ne savait pas si ça allait fonctionner, finalement ça a été un succès. Alors pour moi les 15 ans représentent un succès, mais qui s'est fait à petits pas.

Est-ce que quelque chose a spécifiquement aidé la marque à avoir un tel succès ?

Je pense que le succès d’aujourd’hui est vraiment dû au travail de tous les jours. Je n’ai jamais lâché et j’ai toujours persévéré. Mon succès est vraiment dû au fait d’avoir avancé pas à pas, et de m’être rapidement entourée d’une équipe. On ne peut pas tout faire, même si on est entrepreneure. À un moment donné, j’estime que je dois déléguer.

Qu’est-ce qui vous a incité à faire carrière en beauté?

C’est sûr que c’est ma grand-mère. Très jeune j’ai été initiée à la fabrication de soins de beauté à la maison. Elle faisait des tisanes, des sirops et à partir de là, je pense que j’ai vraiment eu la piqûre.

À quoi ressemble votre quotidien aujourd’hui?

Moi je suis plus dans la recherche et développement, dans le marketing, dans les concepts et dans le testing des produits. Je travaille aussi beaucoup les textes, la stratégie marketing, les relations publiques, et la veille technologique. Donc mon quotidien c’est pas mal ça. Mais je n’ai pas une journée qui commence à 8h et qui finit à 4h. Des fois je vais arriver plus tard au travail, mais dès je me lève je travaille, et à la maison je travaille aussi. Ça fait partie de la routine familiale, donc je suis souvent entre-deux.

Et comment se passe le travail avec votre mari?

Au niveau familial, je trouve ça tellement plus facile. On se comprend. C’est risqué une entreprise donc dans les moments les plus difficiles, Francis et moi sommes appelés à nous soutenir mutuellement. Je pense que les gens qui n’ont pas de conjoint qui les comprend, à un moment donné se font demander de choisir entre l’entreprise et la famille. Mais nous sommes tous les deux dans le même bateau. C’est tout un défi et quand on me demande si j’encourage les gens à se lancer en affaires avec leur conjoint, je réponds oui. Je n'hésite pas.

Avez-vous des trucs pour garder un équilibre travail-famille?

Je n’arrive pas encore à concilier le travail-famille. Je suis restée longtemps sans avoir quelqu’un pour m’aider à la maison. Tant que mes enfants étaient jeunes, c’était important pour moi d’être là, et de faire les devoirs avec mes filles. Mais à un moment donné, je n'y arrivais plus et il a fallu que j’accepte d’avoir de l’aide à la maison. Les femmes qui ne peuvent pas avoir d’aide à la maison et qui n’arrivent pas à concilier le travail-famille, je les comprends à 100%. Le seul équilibre que j’ai trouvé, c’est d’avoir quelqu’un chez moi.

Quelle est la meilleure partie de votre job?

C’est de pouvoir créer à l’infini. Si je me promène en pharmacie ou qu’une cliente me demande un produit, je peux le créer. La plus belle partie de ma job c’est vraiment de pouvoir laisser aller ma création à tous les niveaux. C’est spécial de partir de rien et de créer quelque chose. Chaque produit que je crée a quelque chose de spécial. Chaque produit a une histoire et un vécu tant pour moi que pour l’équipe.

Quel est votre plus gros défi au travail?

La gestion des employés (rires). Non, mais, les chiffres, ça reste des chiffres, mais les employés sont des personnes que tu connais, qui ont une famille, une vie. Quand tu développes une équipe, tu veux que les gens soient bien. Donc le côté humain c’est ce qui est le plus précieux, mais c’est aussi le plus difficile à gérer.

As-tu des conseils pour d’autres jeunes qui veulent se lancer en affaires?

J’en ai plein (rires)! Que ce soit une entreprise ou juste un projet que tu veux faire, il faut que tu passes du rêve à la réalité. J’ai rencontré plein de gens qui parlent de leurs rêves, et finalement ils arrivent à 45 ans et ils n’ont jamais commencé. Il faut passer des rêves à la réalité même si c’est petit à petit.