Aucun produit n'a été trouvé...
You are using an unsupported browser. Please use a more modern browser like Google Chrome.
en fr
Vide

Votre panier est vide

Total: $0.00

La crise de la quarantaine chez l’homme : mythe ou réalité ? Comment prévenir les dérapages ?

14/03/2016 Julie Pelletier

La crise de la quarantaine n’est pas une croyance; ces remises en question existent bel et bien ! Toutefois, les femmes et les hommes ne la vivent pas de la même façon.

Chez l’homme, cette période, qui se situe habituellement entre 38 et 45 ans, correspond à un moment que l’on appelle communément le mitan de la vie. Pour ceux qui l’éprouvent, cela se manifeste, la plupart du temps, par des questionnements profonds au sujet de la vie professionnelle et de leur état d’être de façon générale. Il n’est donc pas rare, lors de cette crise, que nos hommes se découvrent des passions pour des loisirs ou des activités sportives qui, jusqu’à présent, ne faisaient pas partie de leur répertoire d’intérêts.

De plus, il arrive aussi que l’inquiétude face au vieillissement – entraînant par le fait même une peur de ne plus être désirable sexuellement – en pousse certains vers le besoin de conquérir de nouvelles flammes. Ce qui explique que parfois des infidélités ont lieu… Mais rassurez-vous, tout cela n’est pas une fatalité ! En effet, pour éviter le dérapage, il est important d’être à l’écoute des « symptômes » annonciateurs tels que des moments de déprime, une insatisfaction générale, un manque d’enthousiasme et un désir de tout remettre en question. La meilleure solution, à cette étape, est de parler de la situation avec la partenaire – cela demande beaucoup de courage et d’humilité ! –et ensuite d’aller chercher de l’aide, au besoin.

Étant donné que la crise de la quarantaine est souvent le résultat d’un cheminement de vie, les moyens d’ajuster la situation sont donc multiples et bien souvent très efficaces ! Un de ces moyens est de faire un bilan de vie : Qui suis-je ? Est-ce que je vis en cohérence avec mes valeurs profondes ? De quoi ai-je besoin pour être plus heureux ? Y répondre c’est déjà l’indication qu’un début de solution se dessine !