Aucun produit n'a été trouvé...
You are using an unsupported browser. Please use a more modern browser like Google Chrome.
en fr
Vide

Votre panier est vide

Total: $0.00

Motivation du lundi: Comment fait elle? - Alexandra Diaz

12/12/2016 Isabelle Racicot

Les femmes à travers le Canada font leur place dans le monde du travail tout en continuant de profiter de la vie. « Motivation du lundi : Comment fait-elle ? » est une série d’articles sur des femmes remarquables qui travaillent dans divers domaines et qui réussissent à trouver un équilibre entre le travail et la vie personnelle. Certainement un grand défi de notre génération ! Pour cet article, nous avons rencontré Alexandra Diaz - Animatrice et productrice de l’émission Cuisine futée, parents pressés, ainsi que co-auteure de Cuisine Futée, le magazine.

Pouvez-vous décrire ce que vous faites?

Je suis une pieuvre. À la différence que j’utilise deux tentacules comme si j’en avais huit moi aussi. Je copréside une entreprise qui a pour mission d’inviter les gens à cuisine plus souvent, plus sainement. Avec mon associée, Geneviève O’Gleman qui est devenue comme une soeur, nous produisons la série Cuisine futée, parents pressés diffusée à Télé-Québec pour la cinquième saison. Nous sommes coauteures de deux livres : Famille futée tome 1 et 2. Le prochain tome est en production. Nous avons lancé en août dernier Cuisine futée, le Magazine une nouvelle tribune qui nous permet d’approfondir des dossiers toujours liés à notre marque: offrir des recettes santé, mais gourmandes, facile à faire les soirs de semaine, et à très bas coût, jamais plus de 5$/la portion. Entre nos projets, nous offrons deux types de conférences portant sur la nutrition et l'entreprenariat. Geneviève est nutritionniste de formation, moi journaliste-animatrice. Elle crée le contenu, je crée le contenant. Je suis responsable de la croissance et la direction artistique de notre marque. Elle veille sur l’originalité de nos recettes et pour mon grand soulagement, elle veille aussi sur les finances.

À quoi ressemble une journée typique pour vous à partir du moment où vous vous réveillez?

Je réveille mes enfants 15 minutes avant l’heure requise en faisant jouer chaque matin la chanson de leur choix. Je les cajole et les couvre d’un millier de mots d’amour et de bisous. Ils aiment tellement ça qu’ils me demandent souvent de les réveiller une demi-heure plus tôt. Euh, non merci. On déjeune ensemble tout en assemblant les lunchs faits la veille. Une fois partis pour l’école, mon tourbillon commence. Textos, courriels, réunion téléphonique écouteurs dans les oreilles tout en avalant ma dernière gorgée de café. En général, simultanément. Une fois arrivée au studio, je regarde avec mon équipe les priorités du jour. Et on attaque. J’ai installé un système de musique Sonos que tous mes collègues ont téléchargé sur leur téléphone et tout le monde y va de son choix musical. Je travaille avec des gens qui sont, outre leur grande compétence, d’une infinie gentillesse. L’ambiance est smooth. On dine tous ensemble tout en se délectant des dizaines de recettes qui sont testées au cours de la journée. Quand je quitte le boulot, mes cheveux sentent le lait de coco ou la courge spaghetti, ça me fait rire. Mon travail me comble.

Quels sont les défis auxquels vous faites face en tant que femme d’affaires?

Maintenir une vie équilibrée. Démarrer une entreprise fait travailler jour et nuit dans les premières années. Je n’apprends rien à personne. J’aime prendre plus de projets que nécessaires, c’est dans ma nature, j’aime voir beaucoup mes amis, j’aime m’entraîner tous les jours si possible. Je ne fais rien à moitié. Je suis maman de deux jeunes enfants qui me suivent partout. Je suis donc constamment en train de veiller sur mes priorités. L’impact de mes décisions est énorme lorsqu’on est en démarrage d’entreprise. Mon associée et moi soupesons tout avec une redoutable rigueur. Nous sommes bien conseillées et nous validons tout 10 fois plutôt qu’une.

 

A photo posted by Alexandra Diaz (@diaz_alex) on

Comment surmontez-vous ces défis?

Je sais bien m’entourer. Je n’aurais jamais fondé une entreprise seule. Geneviève est extraordinaire, là où je ne le suis pas. Je travaille avec mes meilleures amies. Notre réalisatrice, l’éditrice de notre mag, mon bras droit, la script-éditrice de notre émission et plusieurs de mes collègues forment le noyau dur de mes meilleurs amis dans la vie. Je travaille pour des gens que j’aime profondément et j’aime profondément les gens avec qui je travaille. Et mes enfants passent leurs journées pédagogiques et fins de journées au boulot avec moi. Le jack pot.

Avez-vous d'autres trucs pour trouver un équilibre entre le travail et la vie personnelle ?

Mon travail est ma vie et ma vie est mon travail. Le loisir des autres est mon travail. Le trait d’union entre les deux est le sport. Je fais de la course à pied depuis 5 ans. Mes entrainements régulent tout. Mon appétit, mon sommeil, ma joie de vivre. J’ai naturellement une réserve d’énergie assez phénoménale. Et courir me repose. Quand je ralentis mes entraînements ou qu’un rhume m’en empêche, toute ma vie s’en ressent. La course, c’est la drogue naturelle la plus forte.

Comment aimez-vous vous détendre?

À part le sport, j’aime n’avoir aucun plan. Je suis une grande experte de ne rien faire si je n’ai pas de plans. Je peux sombrer dans une oisiveté exquise. Je vais me faire les ongles avec ma fille dans le salon tout en disputant une partie d’échecs contre mon fils. Ou encore je les amène se faire masser avec moi. Trois lits dans la même pièce, trois massothérapeutes. Mais la détente ultime c’est de voyager seule, en famille et avec nos amis.

Choisissez: vin ou cocktails? Pourquoi?

Je suis entourée de connaisseurs admirables. Ce qui fait que je ne peux nommer aucun vin, cépages ou je ne sais quoi. Mais je le sais en trois secondes si je bois de la piquette. J’ai découvert lors d’un voyage en Espagne un Cava pas gênant du tout qui ne coûte trois fois rien et que j’ai en tout temps à la maison.

Quel est le meilleur conseil que tu a déjà reçu?

Je ne sais pas il est de qui, ni si quelqu’un me l’a appris. Mais je sais qu’il ne fait aucun doute pour moi que : le bonheur c’est maintenant.

Comment définissez-vous le succès?

Geneviève et moi avons clairement un beau vent de dos. Nous en sommes conscientes et on se donne des bines sur l’épaule tout comme à notre équipe parce qu’on ne l’a pas volé. On a fait notre chance et on a encore de grands rêves. Mais, quel que soit le succès qu’on puisse avoir, rien ne compte plus à mes yeux que le processus pour s’y rendre. Il faut du respect, de la communication et du plaisir tout au long du chemin. Après célébrons autant que possible.

Connaissez-vous quelqu'un que nous devrions interroger dans cette série? Envoyer un courriel à Jennifer@picoum.com.