Livraison gratuite avec tout achat de $50 et +
Aucun produit n'a été trouvé...
You are using an unsupported browser. Please use a more modern browser like Google Chrome.
en fr
Vide

Votre panier est vide

Total: $0.00

Motivation du lundi: Comment fait-elle - Peppermint Cycling Co.

12/06/2017 Jennifer Braun

Les femmes à travers le Canada font leur place dans le monde du travail tout en continuant de profiter de la vie. « Motivation du lundi : Comment fait-elle? » est une série d’articles sur des femmes remarquables qui travaillent dans divers domaines et qui réussissent à trouver un équilibre entre le travail et la vie personnelle. Certainement un grand défi de notre génération! Pour cet article, nous avons discuté avec Michèle et Véronik Bastien, soeurs jumelles et fondatrices de PEPPERMINT Cycling Co., une compagnie canadienne de vêtements de cyclisme pratiques et à la mode.

Lancée en avril 2016, PEPPERMINT Cycling Co. a fait des vagues dans la communauté des femmes cyclistes! À vous de découvrir comment:

En quelques mots, pouvez-vous nous dire ce qu’est PEPPERMINT Cycling Co.?

La compagnie PEPPERMINT a été créée par des femmes cyclistes et se spécialise dans les vêtements spécialisés et les accessoires pour les femmes qui font du vélo. Tous les vêtements sont fabriqués au Québec et tous nos tissus proviennent d’Europe. L’idée était de créer des produits de qualité supérieure et à la mode, et de les vendre à un prix raisonnable. Dans le domaine sportif, les marques se concentrent souvent sur les hommes et sur la performance, et la plupart du temps, les produits sont aussi conçus pour les hommes. Par contre, le corps des femmes cyclistes est différent de celui des hommes, donc aucun produit ne répondait vraiment à nos besoins. L’aspect rassembleur du cyclisme est aussi très important pour nous. Nous voulons encourager les femmes à essayer le vélo, à en faire ensemble et à profiter du style de vie qui correspond au cyclisme.

Plusieurs personnes pensent à lancer leur entreprise, mais elles ne le font pas. Qu’est-ce qui vous a motivées à vous lancer en affaires?

Nous avons toujours voulu créer quelque chose ensemble. Nous avons travaillé dans le domaine des communications et de la publicité pendant une dizaine d’années avant de lancer notre compagnie. Nous pensions à ce que nous pourrions faire et tout le monde disait que nous devrions mettre sur pied notre propre agence de communication, mais la compétition est féroce à Montréal. Nous étions en vacances en Croatie quand nous avons compris qu’il n’y avait pas de produits à la mode pour les femmes à vélo. Quand nous sommes retournées à Montréal, nous avons fait une étude de marché et nous nous sommes rendu compte qu’il y avait un besoin réel pour de tels produits. Nous voulions lancer notre entreprise aussitôt que possible. Nous avions l’impression que si nous ne nous concrétisions pas tout de suite cette idée, quelqu’un le ferait à notre place.

Comment êtes-vous arrivées dans le domaine du cyclisme?

Nous avons commencé à faire du vélo parce que nous faisions des compétitions de ski alpin. On s’entraînait à vélo pendant l’été. Puis, nous avons aussi fait un demi-Ironman, et donc le vélo est revenu au programme pour cet entraînement.

À quoi ressemble une journée normale pour vous à partir du moment où vous vous levez?

Ce n’est jamais la même chose (rires). Il y a toujours des surprises. Pour l’instant, nous faisons tout. Je me concentre surtout sur la production et les finances, et aussi sur la conception des produits. Ma soeur Véronik se concentre plutôt sur les communication et la mise en marché, et elle aussi conçoit les produits. Nous travaillons toute la semaine et nous n’avons pas beaucoup de fins de semaine (rires).

À quels défis êtes-vous confrontés en tant que femmes d’affaires?

Il va de soi que pour nous, la production était un défi parce que nous n’avions pas d’expertise dans ce domaine. Les ressources sont limitées au Québec, donc nous avons dû nous approvisionner à l’étranger. Nous sommes aussi des femmes qui avons lancé une compagnie dans un milieu dirigé par les hommes. En quelque sorte, c’était une première au Canada.

Comment surmontez-vous ces défis?

Nous l’avons perçu comme une chance plutôt que comme un défi. Même certains hommes qui possèdent leur propre entreprise de cyclisme viennent nous voir pour nous dire qu’ils sont heureux que des femmes s’impliquent dans ce domaine. Jusqu’à maintenant, tout ce qui concerne PEPPERMINT est très positif.

Si on pense à votre vie personnelle, qu’est-ce qui vous aide à garder l’équilibre entre votre vie personnelle et votre travail?

Nous essayons de faire de notre mieux pour gérer notre vie et trouver l’équilibre (rires). Comme nous travaillions avant en publicité, nous sommes habituées de travailler plusieurs, plusieurs heures. Ce n’était pas une surprise. Évidemment, la première année, si on veut atteindre ses buts, on doit travailler de longues heures pour toucher au succès de l’entreprise. Mais comme nous nous passionnons pour ce domaine et que nous aimons ce que nous faisons, nous ne considérons pas vraiment tout ça comme un emploi ou un travail, mais c’est certain que nous avons besoin de vivre une vie équilibrée. Je pense que le cyclisme nous a apporté un équilibre avant la mise sur pied de l’entreprise, donc nous devons nous assurer que nous pouvons encore garder du temps pour faire du vélo pendant la semaine ou la fin de semaine. Ainsi, nous continuons de trouver des nouvelles idées et nous ne sommes pas trop tannées de diriger la compagnie.

Quand vous avez du temps libre, comment aimez-vous vous détendre?

Les sports nous aident à relaxer. Nous faisons du ski alpin et du ski de fond, dont nous aimons vraiment le plein air. Nous sommes des femmes très actives. Évidemment, nous essayons aussi de passer autant de temps que possible avec nos amis, notre famille et nos amoureux.

Choisissez: vin ou cocktails?

Nous aimons boire (rires). Je choisirais le vin plutôt que les cocktails, mais le cyclisme est pour nous un véritable mode de vie; donc quand nous planifions rouler 100 km à vélo le samedi, nous nous arrêtons prendre un café avant le départ, et après, nous nous arrêtons pour une bière. Pour nous, le café, le vélo et la bière vont de pair.

Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu?

Suivez votre passion, mais assurez-vous aussi d’avoir un plan solide. Si PEPPERMINT a le succès qu’il connaît aujourd’hui, c’est parce que nous avons pris le temps d’analyser le marché et que nous avons suivi le parcours établi.

Comment définissez-vous le succès?

Selon nous, le succès dépend de la façon dont les gens parlent de leur marque et l’effet de cette manière d’en parler dans le marché.

Cet article a été édité et condensé afin de le clarifier.

Connaissez-vous quelqu’un que nous devrions interroger dans cette série? Envoyez un courriel à Jennifer@picoum.com.

Traduit par Nathalie Courcy