Livraison gratuite avec tout achat de $75 et +
Aucun produit n’a été trouvé...
You are using an unsupported browser. Please use a more modern browser like Google Chrome.
en fr
Vide

Votre panier est vide

Total: $0.00

Motivation du lundi: Comment fait-elle? - UnCo

19/06/2017 Jennifer Braun

Les femmes à travers le Canada font leur place dans le monde du travail tout en continuant de profiter de la vie. « Motivation du lundi : Comment fait-elle? » est une série d’articles sur des femmes remarquables qui travaillent dans divers domaines et qui réussissent à trouver un équilibre entre le travail et la vie personnelle. Certainement un grand défi de notre génération! Pour cet article, nous avons discuté avec Jaclyn Patterson et Kim Kirton, fondatrices de UnCo, une entreprise de mode canadienne qui s’est donné comme mission d’aider les femmes à choisir des morceaux éthiques et responsable pour garnir leur garde-robe.

Mise sur pied en 2017 à Toronto, l’entreprise a lancé une campagne de sociofinancement pour aider à concrétiser sa vision. Continuez votre lecture pour découvrir comment ces deux jeunes entrepreneures s’y sont prises.

En quelques mots, pouvez-vous nous dire ce qu’est UnCo?

Jaclyn : UnCo offre des garde-robes capsules (donc pré-organisées) pour femme. La cliente choisit 6, 8 ou 12 morceaux, et nous lui montrons exactement comment les porter pour créer entre 20 et 40 tenues différentes. Nous travaillons avec des créateurs de marques et avec des concepteurs indépendants du Canada pour préparer ces garde-robes capsules. Au bout du compte, ce que nous voulons faire, c’est de vous montrer à faire plus avec moins pour que vous finissiez par acheter moins. Nous simplifions l’expérience vestimentaire pour permettre aux femmes de se sentir responsabilisées et inspirées, et aussi moins stressées de gérer leur garde-robe.

Kim : C’est une toute nouvelle façon de penser, mais je pense qu’il faut prendre conscience de l’importance de la durabilité des produits et du fait que notre dollar est un des moyens de voter les plus puissants des consommateurs.

Plusieurs personnes pensent à lancer leur entreprise, mais elles ne le font pas. Qu’est-ce qui vous a motivées à lancer votre propre entreprise?

Jaclyn : En fait, Kim gérait sa propre compagnie de t-shirts durables à Ottawa, et à travers cette expérience, nous avons vécu cette révélation : nous avions un bon esprit communautaire et de bonnes ventes pour cette compagnie, mais au bout du compte, ça ne résolvait pas la problématique que nous essayions de résoudre, qui était la surconsommation. En parlant, nous avons réfléchi à la façon dont nous pourrions lutter contre la surconsommation dans le domaine de la mode. Cette idée est apparue et nous nous sommes simplement dit : « Pourquoi ce ne serait pas nous? » Si nous avons cette idée et que nous sommes passionnées et déterminées, pourquoi ne pas essayer? Nous ne serions pas ici sans le soutien de la communauté qui nous entoure, mais nous sommes très enthousiastes!

Et vous êtes jeunes! Vous avez 21 et 23 ans. En plus d’avoir lancé cette entreprise, sur quels projets travaillez-vous?

Jaclyn : À la base, nous travaillons pour UnCo à temps partiel puisque nous avons toutes les deux un emploi pendant la journée. Kim termine aussi son baccalauréat, et je viens juste de finir mes études en mode à l’Université Ryerson. Donc, nous avons d’autres emplois, mais nous nous passionnons pour UnCo et c’est notre but à long terme.

À quoi ressemble une journée normale pour vous à partir du moment où vous vous levez?

Jaclyn : Il n’y a pas deux journées pareilles.C’est ce qui arrive quand on est entrepreneur. Chaque jour, il y a de nouvelles tâches. Pour ma part, je me réveille et je me rends à mon travail principal. Ensuite, pendant ma pause de dîner et après le travail, je travaille pour UnCo. Ce qui est bien, c’est que Kim et moi faisons beaucoup de travail à distance puisque notre entreprise est surtout numérique. Par contre, la plupart du temps, nous revenons à la maison pour continuer à travailler en plus de l’école et de nos emplois principaux. Nous adorons quand ça bouge et nous comprenons que nous devons travailler fort. Espérons que ça paiera à la longue (rires)!

À quels défis êtes-vous confrontés en tant que femmes d’affaires?

Jaclyn : Un des défis quand on lance une compagnie de mode est de trouver des ressources spécifiques à ce domaine. Kim était installée à Ottawa, mais depuis, elle a établi des relations professionnelles avec l’industrie de Toronto pour trouver des conseillers et un système de soutien.

Comment surmontez-vous ces défis?

Jaclyn : Depuis que nous sommes jeunes, nous nous fions beaucoup à la communauté qui nous entoure. Nous faisons partie de plusieurs entreprises naissantes et d’incubateurs d’entreprises. Nous faisons partie de la Social Ventures Zone et de la Fashion Zone de l’Université Ryerson.

Kim : Faire partie d’incubateurs d’entreprises nous donne accès à des mentors et à d’autres personnes de l’industrie. Nous sommes très jeunes, donc le fait d’apprendre grâce à des experts de partout dans le monde et qui ont parcouru ce chemin nous a déjà été bénéfique.

Si on pense à votre vie personnelle, qu’est-ce qui vous aide à garder l’équilibre entre votre vie personnelle et votre travail?

Jaclyn : Chaque jour est différent (rires). Je pense que le fait d’être conscient des moments où on a besoin de prendre soin de soi est très important, et c’est parfois être difficile de reconnaître ce besoin. Ce que je trouve surtout important est d’avoir un partenaire professionnel; ça permet de reconnaître quand on a tous les deux besoin d’un temps de pause ou simplement de quelques heures loin du travail. L’équilibre entre le travail et la vie personnelle est évidemment un défi, mais il s’agit d’une courbe d’apprentissage et ça vaut la peine d’avoir cette merveilleuse expérience et de faire ce qu’on aime.

Kim : Je suis encore aux études à temps plein, je travaille dans cette entreprise et j’ai un autre emploi, donc ce n’est pas surprenant que l’équilibre entre la vie personnelle et le travail soit plutôt inexistant pour moi (rires). Mais à ce moment-ci de ma vie, je ne voudrais pas que ça se passe différemment. Cette entreprise est quelque chose que les cours à l’école ou mon emploi à temps partiel ne pourraient jamais m’enseigner.

Quand vous avez du temps libre, comment aimez-vous vous détendre?

Kim : Je suis accroc au plein air. J’adore faire de la randonnée, du vélo et à peu près tout ce qui se passe à l’extérieur. J’adore la nature et ce que la nature nous offre.

Jaclyn : Pour moi aussi, ça ressemble à ça. Je souris dès que je peux me retrouver sous un arbre (rires). Je trouve la nature apaisante. Parfois, j’en profite pour courir, pour nager ou tout simplement pour passer du temps avec des amis dans un parc. J’adore aussi aller voir des films et du théâtre indépendants, c’est toujours agréable.

Choisissez : vin ou cocktails?

Jaclyn et Kim : Le vin, pour toutes les deux! (rires)

Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu?

Kim : J’ai découvert par hasard une compagnie de chandelles de prestige de Winnipeg, qui vend des chandelles qui se situent en dehors de la fourchette de prix de Bath and Body Works. Les propriétaires m’ont expliqué que si une personne ne peut pas s’offrir leurs produits ou qu’elle n’en comprend pas la valeur, elle ne fait pas partie de leur clientèle. Ce fut un apprentissage important. Si on peut convaincre le client de la valeur de nos produits, il voudra se les procurer.

Jaclyn : J’ai rencontré une Australienne qui m’a dit qu’il était très stimulant de faire partie de la solution; ça m’a vraiment interpellée. Au bout du compte, l’entrepreneuriat peut être difficile, mais je peux être ici, avoir un impact et apporter une solution; c’est merveilleux.

Comment définissez-vous le succès?

Kim : Le bonheur. C’est super cliché, mais tant qu’on est heureux, on sait qu’on fait quelque chose de bien.

Qu’est-ce qui s’en vient pour UnCo?

Kim : Obtenir nos fonds fera une énorme différence pour notre compagnie, mais nous avons aussi une tonne de projets stimulants qui nous attendent dans l’avenir.

Vous pouvez soutenir UnCo en appuyant l’initiative de leur entreprise à Indiegogo.

Cet article a été édité et condensé afin de le clarifier.

Connaissez-vous quelqu’un que nous devrions interroger dans cette série? Envoyez un courriel à [email protected]

Traduit par Nathalie Courcy